Plage à Verdun : gare à la congestion automobile


carte plage 300

Les deux partis représentés à la mairie de Verdun (Équipe Denis Coderre, Projet Montréal) s’affrontent ces jours-ci à propos de l’emplacement de la future plage de l’arrondissement.

L’équipe du maire Jean-François Parenteau propose le site de l’ancien dépôt à neige, dans l’extrême ouest de l’arrondissement.

De son côté, les conseillers de Projet Montréal reviennent avec l’emplacement central proposé par leur parti en 2009, soit derrière l’Auditorium de Verdun.

Concernant le débit de l’eau à chacun des emplacements, les versions des deux partis se contredisent. Projet Montréal assure que le courant est moins fort à son site, tandis que le maire Parenteau affirme la même chose pour le sien. Qui dit vrai ? Je ne suis pas un spécialiste, mais de toute façon, les deux sites sont propices à la baignade. Des gens se baignent déjà dans le fleuve à plusieurs endroits sans problème et sans surveillance.

Trop loin

Le site proposé par le maire Parenteau a l’avantage de laisser croire à une possible économie d’argent en raison des travaux de décontamination qui devront de toute façon être faits à cet endroit. Il s’agit d’un argument important, certes, mais est-ce suffisant ?

contaminationRappelons que ce site situé dans l’ouest de l’arrondissement, où les gens sont plus fortunés et la densité de population plus faible, se trouve à proximité des banlieues de l’ouest de l’île de Montréal où les gens se déplacent en grande majorité en automobile. Pas moins de 63 % des LaSallois et 68 % des Lachinois vont travailler ou étudier en voiture.

À titre de comparaison, 50,6 % de la population de Verdun (incluant l’Île-des-Sœurs) utilise l’automobile quotidiennement. Je n’ai pas trouvé la statistique par quartier, mais la voiture est certainement plus utilisée dans Desmarchais-Crawford et à l’Île-des-Sœurs que dans le quartier central de l’Église.

Trop de voitures

À côté du site proposé par le maire Parenteau, on retrouve une piste de danse fort populaire les soirs d’été. Comme la culture de l’automobile est bien implantée dans le secteur et que ses utilisateurs sont souvent des personnes âgées, les rues avoisinantes débordent de voitures de tous les côtés.

Une triste situation, car des alternatives sont possibles. L’autre soir, en passant devant la piste de danse, j’ai remarqué un support à vélos. Une seule et unique bicyclette y était attachée, malgré la proximité de la piste cyclable du bord de l’eau.

Ériger une plage à cet endroit pourrait être catastrophique sur le plan de la circulation. Les résidents ne veulent pas voir leurs rues être (davantage) envahies de véhicules en mouvement et stationnés.

J’invite l’équipe de Jean-François Parenteau à nous expliquer quel est son plan pour éviter une augmentation importante du flux automobile dans le secteur.

Trop proche ?

Le site proposé par Projet Montréal et Richard Bergeron semble idéal sur le plan du transport, puisqu’il y a une station de métro à cinq minutes de marche. De plus, la plage serait située tout près de la revitalisée rue Wellington. Enfin, la densité de la population dans le secteur permettrait à davantage de gens de s’y rendre de façon active (à pied ou à vélo).

Toutefois, le secteur est lui aussi déjà saturé par les automobiles. Êtes-vous allés faire un tour dans le coin lors du week-end des Jeux écossais de Montréal ? Les camionnettes, voitures et motos étaient garées n’importe où, n’importe comment, tant les espaces de stationnement pouvant les accueillir étaient saturés.

projetEst-ce que l’arrivée d’une plage derrière l’Auditorium amènera autant d’automobilistes que lors des Jeux écossais ? Il faut souhaiter que non. Mais, au moins, le métro est à proximité. Donc, si le secteur devenait régulièrement congestionné (circulation et stationnement) en raison de la plage, les gens troqueraient logiquement (ou pas) leur voiture pour le métro, l’autobus, ou le vélo.

Mais l’accessibilité de ce site joue aussi contre lui. Nous voulons tous que les commerces de la rue Wellington prospèrent. Nous voulons tous que Verdun retrouve ses lettres de noblesse, que les gens qui n’y ont jamais mis les pieds cessent d’en rire. Mais nous ne voulons pas non plus devenir un Bondi Beach (Sydney, Australie) ou un Barcelonita (Barcelone, Espagne). Verdun n’est pas le centre-ville de Montréal et ne doit pas le devenir. Les restaurants et commerces bon marché doivent demeurer bon marché. Si Verdun devient trop « in », les prix de plusieurs produits (incluant les loyers) pourraient augmenter.

Un pont pour gâcher le paysage

Est-ce que les dés sont déjà pipés concernant l’emplacement de la plage ? Après tout, l’équipe du maire Parenteau est majoritaire (4 contre 3) au conseil d’arrondissement.

Cette équipe semble ne rien vouloir d’un aménagement derrière l’Auditorium. Et ce, parce qu’elle veut au contraire y détruire le paysage et miner la faune et la flore locale en y construisant un énième pont (il y en a actuellement quatre : Champlain, Bonaventure, le pont de l’Île-des-Sœurs et son voisin temporaire) pour les gens (généralement) fortunés de l’Île-des-Sœurs.

En terminant, je vous propose de lire le commentaire de Danielle Desbiens, laissé au bas d’un article du Devoir portant sur la question de plage et dont je partage l’opinion en tous points.

Vaillant commentaire

Loin de la majorité… L’endroit préféré du maire M. Parenteau est à l’ouest dans Verdun-ouest, plus huppé que le reste de Verdun, et beaucoup moins fréquenté. Pour l’accessibilité, le site prisé par M. Bergeron est plus proche, plus convivial à cause du métro et plus usité (pistes piétonne et cyclable le long du fleuve, endroits pour sports, accès aux facilité, comme restaurants, de la rue Wellington) par la population.

Ce qui m’inquiète davantage, c’est le projet de massacrer notre bord verdunois du fleuve avec le projet d’un autre pont routier reliant Verdun et l’Île-des-soeurs. Cela couperait la tranquillité, l’accès, etc. sans compter le temps des travaux, etc. Or, plusieurs élites, dont le député de Verdun et ministre Daoust, y sont favorables… De ça, on n’entend presque pas parler.

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/415277/projet-montreal-veut-une-plage-a-verdun-pour-2017

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Piscines : la gratuité en temps de canicule ?

natatorium

La température a été (exécrablement) élevée ces derniers jours. Hier, le 1er juillet, la température ressentie, avec le facteur humidex, a même dépassé la barre des 40 degrés Celsius. Ce n’est pas rien.

Comme c’est le cas chaque année, les canicules me font réfléchir. Je ne sais pas si les élus ou les fonctionnaires y songent également, mais il me semble qu’en temps de canicule, l’accès aux piscines extérieures devrait être gratuit, au moins pour les enfants de 17 ans et moins.

Ceux-ci n’ont pas nécessairement d’argent, ou préfèrent « l’investir » ailleurs.

Plusieurs personnes autour de moi ont ressenti ces derniers jours des symptômes de coups de chaleur. Lorsque le mercure est aussi élevé, il faut se rafraîchir, coûte que coûte.

Bien sûr, les plus jeunes sont rarement ceux qui sont frappés par un coup de chaleur. Ceux qui doivent être hospitalisés ou qui meurent d’un excès de chaleur sont plus souvent des personnes âgées.

Mais il me semble que tous les citoyens, peu importe leur âge ou leur revenu familial, devraient pouvoir passer adéquatement à travers une canicule.

En ce moment, à Verdun, le tarif d’entrée à la piscine est de 1,25 $ par enfant de 6 à 17 ans, et le double (2,50 $) pour un adulte.

À titre de comparaison, dans l’arrondissement voisin du Sud-Ouest, l’accès aux piscines publiques est complètement gratuit, en tout temps, et ce, peu importe la tranche d’âge.

Combien coûterait une telle mesure à l’arrondissement ? Quelques centaines, voire quelques milliers de dollars ? Nos jeunes valent bien cela.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La juste part pour les résidants de la rue May

J’ai découvert la rue May il y a plusieurs années. Je venais d’emménager à Verdun, dans l’est de l’arrondissement. Je me baladais dans les alentours et j’ai vu cette drôle de rue.

Une rue sortie un peu de nulle part. Directement devant l’autoroute. Un immense panneau publicitaire destiné aux automobilistes donnait également directement sur la fenêtre de l’un des logis. Étrange, vraiment étrange, me suis-je dit ! Un peu comme la rue Sébastopol, à Pointe-Saint-Charles.

Il ne s’agit certes pas d’un milieu où tous aimeraient vivre, moi le premier. Être situé si près d’une autoroute est néfaste pour la santé. Pollution atmosphérique, bruit incessant, poussière, etc.

Mais, malgré tout, plusieurs familles et ménages y habitent. Certains depuis plusieurs dizaines d’années. Lors de la construction du pont Champlain (qui ne date que de 1962, doit-on rappeler), on avait d’ailleurs cru bon laisser ces maisons sur place.

J’ai fait une recherche rapide sur le site de l’évaluation foncière de la Ville de Montréal. Le 312, rue May. Date de construction ? 1900 (estimée). Le 268 ? 1923.

On parle donc de bâtiments presque centenaires, qui étaient là 40-50-60 ans avant l’inauguration initiale du pont Champlain.

La juste part

Ces ménages seront expropriés.

Ce qu’il faut, en contrepartie, c’est qu’ils obtiennent un juste montant pour leurs propriétés. Le gouvernement fédéral (et les contribuables) leur doit bien cela. Après tout, le pont est utilisé par plus de 100 000 véhicules par jour. On peut bien dédommager comme il se doit les propriétaires expropriés.

Quant aux locataires, ils seront peut-être les plus grands perdants dans cette histoire…

Plus de véhicule ou plus de fluidité ?

Cela dit, l’ajout d’une voie à l’autoroute 15 entre le pont de l’Île-des-Soeurs et l’échangeur Turcot amènera également des problèmes.

Certes, cela aura potentiellement du bon, soit une circulation plus fluide. Mais il est également possible que cette nouvelle voie engendre davantage de circulation automobile, donc encore plus de polluants pour les résidants de Verdun et du Sud-Ouest.

On connaît tous l’adage « Build it and they will come ». Ce fut le cas récemment pour le pont de la 25, et ce sera possiblement le cas avec le nouveau pont Champlain et l’élargissement de l’autoroute 15.

Capture d’écran 2014-06-29 à 19.31.09

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les quais du bord de l’eau toujours inaccessibles

Capture d’écranLundi 19 mai. Fête des Patriotes. La plupart des gens ont congé. Le mercure affiche 21 degrés à Montréal et il fait beau soleil. Les gens sont tous dehors, ça sent l’été.

Toutes les conditions sont réunies, mais malgré tout, les quais de Verdun ne sont toujours pas accessibles. Pourquoi ?

Même avec un hiver plus long d’un mois et un printemps-été retardé d’autant, cette situation est déplorable. Nous sommes à la fin du mois de mai, juin se pointera bientôt le bout du nez.

À quel moment les citoyens auront-ils accès à leurs quais ? C’est la question que plusieurs personnes se sont posé ce week-end.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Protéger le fleuve avec des contaminants et du sel ?

contamination photo la presseDans le journal La Presse de ce matin, on apprend que plus de 150 tonnes de sols contaminés sont entreposés depuis l’automne 2013 dans un ancien dépôt à neige aux abords du fleuve, en face de l’hôpital Douglas.

La manœuvre a été autorisée par l’arrondissement, même si le ministère de l’Environnement y avait interdit l’utilisation d’un dépôt à neige en raison des risques de contamination du cours d’eau.

L’article en question : http://plus.lapresse.ca/screens/465e-840c-53553e1f-ad1f-3142ac1c606a|_0.html

Le maire de l’arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau affirme qu’il n’est au courant que depuis deux semaines… « Je ne suis pas du tout d’accord avec cette façon de faire, on va enlever ça le plus vite possible. On est sur le bord du fleuve. Pour moi, c’est impensable de toucher à ces zones », a-t-il dit au journaliste de La Presse.

Le problème, c’est que l’administration de l’arrondissement n’en est pas à ses premiers écarts concernant le fleuve Saint-Laurent, cours d’eau qu’ont dit, en public, vouloir protéger à tout prix…

Contaminants, sel et je-m’en-foutisme !

Cet hiver, Radio-Canada a révélé que de la neige enlevée des rues avait été poussée dans le fleuve, ce qui contrevient, bien entendu, aux règles environnementales du gouvernement.

Le reportage de Radio-Canada : http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media/2014/01/07/Depot-a-neige-illegal-?externalId=6977024&appCode=medianet

Le maire Parenteau avait alors assumé pleinement sa décision. Grosso modo : si on ne lançait pas tout ce sel dans les eaux du fleuve, certaines rues auraient pu ne pas être déneigées durant quelques jours.

Un raisonnement de je-m’en-foutisme par rapport à l’environnement.

Tant que les citoyens-voteurs-payeurs de taxes n’ont pas à changer leur routine, ils ne chialeront pas, doit-on se dire dans les hautes sphères de notre arrondissement.

Dans le texte de La Presse, on apprend que selon l’arrondissement, « une toile étanche a été installée sous la pile de matériaux afin de permettre de les séparer du sol existant. ».

Une visite du site par le journal permet toutefois de constater que la toile s’est grandement détériorée au cours de l’hiver. En fait, celle-ci est maintenant complètement en lambeaux, de nombreux morceaux s’en sont détachés. Plusieurs ont d’ailleurs abouti dans les eaux du fleuve. […] Des flaques d’eau présentent une surface huileuse.

Protéger le fleuve avec des contaminants et du sel ?

Quelle bonne idée pour Verdun et la pérennité du Saint-Laurent !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Gestion rigoureuse ? La CAQ veut un pont de 200 millions et plus à Verdun

La position de la CAQ fait manchette partout, particulièrement à Québec.

Le parti de François Legault se met à dos le grand Régis Labeaume en disant  NON à ses mille et un dispendieux projets (anneau de glace, diamant, etc.).

Pour la Coalition Avenir Québec, l’important est de réduire les dépenses. Rien de plus louable. Surtout qu’il y a probablement des économies à faire dans plusieurs ministères.

Le hic dans cette histoire, c’est que la directive ne s’est pas rendue à tous les candidats.

Image Benoit Richer, candidat caquiste dans Verdun, a ainsi parlé en faveur d’un nouveau pont pour les résidants de la richissime Île-des-Sœurs.

‘’Benoit Richer propose aussi de ramener le projet d’un pont reliant l’Île-des-Sœurs et Verdun’’, nous apprend le Messager de Verdun.

Ce dit pont, pourrait coûter, au bas mot, 200 millions de dollars.

Si vous pensez que l’idée est bonne, je vous propose la lecture d’un de mes posts antérieurs:

https://verdunois21esiecle.wordpress.com/2014/03/17/200-millions-pour-un-nouveau-pont-non-merci/

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Une unanimité qui inspire confiance

Photo Le Messager

Ça y est, les mesures concernant les trois cadres de l’arrondissement de Verdun qui avaient été suspendus pour la durée d’une enquête administrative de la Ville de Montréal sont connues.

Notons que l’UPAC continue d’enquêter là-dessus, ou sur des éléments connexes…

Les décisions :

Le directeur d’arrondissement Pierre Boutin est retiré de ses fonctions/mis en disponibilité.

Le directeur de l’urbanisme Benoit Malette est rétrogradé/mis en disponibilité.

Le directeur à la Direction du développement du territoire Jean Cardin est blanchi/réintègre ses fonctions.

Particulier

La particularité de ces décisions est qu’elles ont fait l’unanimité au sein du conseil, formé de quatre 4 élus de l’Équipe Coderre et de 3 élus de Projet Montréal.

Chapeau.

Je ne connais pas Pierre Boutin, directeur d’arrondissement déchu. Par contre, peu de gens semblent tristes de son départ. Plusieurs, semble-t-il, ont eu de mauvaises expériences avec lui.

Le maire et les conseillers l’ont d’ailleurs retiré de ses fonctions car « le lien de confiance est brisé ». Ce qui est somme toute inhabituel !

Si une ancienne équipe formée uniquement d’élus d’Union Montréal avait fait un tel geste, il aurait été normal de s’inquiéter.

Le fait que deux formations distinctes s’entendent est rassurant. Il semble y avoir, en effet, une volonté de changer les choses pour éviter les malversations.

On a cependant bien hâte d’en savoir plus sur les découvertes de l’UPAC… Mais ce ne sera probablement pas de sitôt.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire